Chapitre 20 :

 

En de bons thermes

– Je ne peux pas trop vous en dire pour le moment, répéta Kensuke pour la quatrième fois. Pour le moment contentez-vous de me suivre et faites-moi confiance.

C’était un homme qui devait avoir trente-cinq ans à peu près, les cheveux noirs et des yeux dorés qui fascinaient. Son visage carré donnait une impression de dureté mais le fait qu’il arbore presque tout le temps un petit sourire cassait cette dureté. Ils avaient déjà voyager pendant plusieurs heures et pourtant ne savaient pratiquement rien sur lui.

– Mais bien sûr, faire confiance aveuglément à quelqu’un qui dit être notre ami, lança sarcastiquement Kaïh. Ce serait totalement bête par les temps qui courent !

Kensuke serra les dents, leva la tête au ciel et soupira longuement. Cela faisait quatre heures sans interruption qu’il était questionné par Kaïh qui n’en démordrait pas avant d’avoir obtenu des réponses. Ils avait loué des montures — des sortes d’ours squelettiques, dont les longs membres permettaient une avancée rapide — et faisaient route vers la frontière entre Nehbrah et Grühl.

– Kaïh a raison, dit alors Laruku. Même si vous avez tiré Ash d’un mauvais pas, il est également probable que tout cela ne soit qu’un piège à notre intention.

– Si le binoclard s’y met aussi, je vais pas tarder à capituler, souffla Kensuke. Bon très bien. J’aurais préféré qu’une « certaine personne » vous explique tout cela elle-même, mais je ne vais pas tenir tout le voyage si vous continuez comme ça. Je vous demande juste d’attendre qu’on soit arrivé à l’auberge. Ça vous va comme deal ? C’est l’histoire de quelque heures.

– L’officier a parlé des Cinq Piliers, se souvint alors Ash à haute voix.

Elle chevauchait juste à coté de Laruku qui put sans mal entendre ce qu’elle disait. Il sortit alors son petit terminal de sa poche et remonta ses lunettes sur non nez quelques secondes après.

L’organisation des Cinq Piliers existe depuis des siècles et est apparemment exclusivement composée d’humains. Ses membres ont, à plusieurs reprises, œuvré dans la destruction de bâtiments vitaux aux quatre coins du globe. Leurs actions n’ont cependant jamais fait de victimes civiles apparemment. Aucun membre n’est connu et leur méthode de recrutement est inexistante. À cause de cela personne n’a jamais pu infiltrer l’organisation, ni découvert son quartier général. Ils prônent la discrétion et agissent dans l’ombre.

– Ah ! l’arrogance des Etrahs, chanta joyeusement Kensuke. Vous pensez tout savoir sur tout grâce à vos archives ultra précises, hein ? Vous pensez être à la pointe de la technologie ? Dans ce cas, dis-moi un peu quelle sorte de bâtiments vitaux ont été attaqués ? C’est un peu vague tu ne crois pas ?

Laruku pianota un instant sur son terminal, mais il ne trouva aucune précision. Un grognement sortit alors de sa bouche et il continua à chercher des informations. Kaïh quant à lui semblait s’amuser du comportement de son compagnon d’arme. Le voir ainsi agacé était assez rare et très divertissant pour lui.

Ils continuèrent leur route sans dire un mot. L’uniformité de la glace avait laissé place à un paysage pavé de pics rocheux et de petites montagnes irrégulières au sommet desquelles un peu de neige persistait. Le sol rocailleux et bosselé ralentissait quelque peu leur progression. Il faisait toujours très froid et le ciel gris était menaçant. Mais étrangement, même si de la neige tombait du ciel, elle ne s’accumulait pas au sol, fondant immédiatement. Plus loin, au sommet d’un pic montagneux plus haut que les autres, Ash aperçut une tour dominant toute la lande.

– C’est une tour astronomique, précisa Laruku sans que personne n’ait rien demandé. Cette terre appartenait autrefois aux Gaïens qui sont fascinés par le ciel et les étoiles. Mais elle n’est plus utilisée depuis des siècles.

– C’est notre Q.G., dit alors Kensuke.

– C’est vrai ? s’étonna Laruku.

– Pas du tout, binoclard.

Et Kensuke éclata de rire. Laruku, plus vexé que jamais s’enfonça alors dans un profond mutisme. Ash n’aimait pas particulièrement la façon qu’avait cet homme de traiter son ami, mais paradoxalement elle se disait que ça lui ferait peut-être un peu de bien. Laruku était habitué à avoir en face de lui des gens qui buvaient ses paroles, impressionnés par ses connaissances. Il avait cette fois devant lui une personne insensible à tout ça et qui laissait penser en savoir plus que lui dans certains domaines. Cela aiderait peut-être l’Etrah à se débarrasser de l’air suffisant qu’il arborait souvent en expliquant les choses. Elle choisit donc de ne rien dire, laissant son ami gérer ça tout seul.

Après trois heures de route et alors que la nuit commençait à s’installer, ils arrivèrent devant un large bâtiment en bois niché juste au pied d’une petite montagne. Son aspect était des plus pittoresques bien qu’un peu vétuste par endroit.

Pendant que Kaïh et Kensuke attachaient les montures, Ash put détailler l’endroit du regard.

Un chemin partait de ses pieds, montant vers l’auberge en serpentant à travers des espèces de portails rouges. Comme l’âtre d’une gigantesque porte, fait de rondins recouverts d’une peinture rouge. Puis le chemin donnait sur un grand patio au centre duquel un arbre étendait ses branches. Juste à coté, l’entrée principale était constituée de deux portes coulissantes. L’étage supérieur était décoré de petites fenêtres circulaires enfoncées dans le bois. Le toit quant à lui formait une large pyramide, dont les bords débordaient légèrement des murs extérieurs. Derrière ce bâtiment s’échappait une fine fumée blanche, montant doucement vers le sommet de la montagne.

Une femme apparut alors à l’entrée de l’auberge, comme pour les accueillir. Leur petit groupe s’avança donc, passant à travers le grand portail rouge.

– On est où là ? glissa Kaïh à Ash. J’ai jamais vu d’auberge de ce genre.

Mais elle ne répondit pas, trop absorbée dans sa contemplation de ce lieu. Elle le trouvait beau et apaisant… et peut-être même un peu familier. Il y avait là quelque chose qui lui rappelait la pagode de la ville en ruine d’où Motoko les avait sortis. Et même si ce n’était pas aussi fort que là bas, elle avait l’impression de retrouver un lieu qu’elle connaissait bien. Une petite forêt d’arbres plus ou moins dénudés par l’hiver entourait la bâtisse et une bonne odeur de bois brûlé chatouillait leurs narines.

– Salut Setsuna, lança Kensuke une fois arrivé devant la femme.

Elle était d’une beauté à couper le souffle. Son visage avait les traits les plus doux que la princesse n’avait jamais vus. Ses yeux en amande semblait transpercer ceux qu’ils touchaient et son petit nez avait quelque chose de très mignon. Derrière sa tête, des mèches de cheveux noirs s’échappaient d’un chignon retenu par la tige d’une fleur rose se balançant près de son oreille. Son corps était recouvert d’une étoffe rouge ornée de dorure, retenue par un large ruban noué derrière son dos. Mais un ample décolleté laissait apparaître une généreuse poitrine.

– Kensuke, je me demandais justement quand tu allais repasser me voir, répondit la femme d’une voix douce. Mais ton emploi du temps doit être très chargé n’est-ce pas ?

Peut-être qu’elle se trompait mais Ash sentait une pointe d’amertume dans sa voix.

– Et comment ! Ce n’est pas comme toi qui te la coules douce toute la journée à barboter.

– Si tu m’accompagnais derrière, que je te fasse goûté aux joies de l’apnée pendant plusieurs heures ?

Cette fois, aucun doute possible, c’était bien là des pics qu’ils se lançaient l’un l’autre.

– Je me demande encore pourquoi le vieux fou m’a envoyée surveiller ce coin paumé, souffla l’aubergiste exaspérée. C’est moi qui aurais dû être à ta place !

– Jamais tu ne l’aurais trouvé, répliqua Kensuke.

– Bien sûr que si ! Et plus vite que toi !

– Alors pourquoi ne l’as tu toujours pas remarqué ?

Il saisit alors Ash qui était restée en arrière jusque là et la plaça bien en face de l’aubergiste.

– Alors ? lança Kensuke à son amie. Qui c’est ?

– La princesse, répondit t-elle apparemment très surprise. Tu l’as retrouvée.

– Bien sûr, pour qui tu me prends ? J’ai l’impression que tu n’as pas conscience de ma for…

– Je m’appelle Setsuna Niflheim, le coupa la femme. Je suis heureuse que cet imbécile vous ait retrouvée saine et sauve. C’est un honneur pour moi d’enfin vous rencontrer.

– Enchantée, répondit Ash un peu mal à l’aise, mais je ne suis plus princesse.

– Ce n’est pas parce que vous étiez princesse que je suis honorée, lui répondit alors Setsuna. Mais parce que vous…

– Setsuna ! Pas maintenant.

Ash allait protester afin de savoir ce qu’elle allait dire, mais Kensuke lui fit signe de ne pas insister.

– Vous devez être fatigués, reprit Setsuna. Je vais préparer vos chambres. En attendant je te laisse les amener aux sources Ken. Faites comme chez vous, mais ne jouez pas les voyeurs !

Ils pénétrèrent finalement dans le bâtiment. Une vive lumière éclairait l’ensemble de la pièce pavée de petites lames de bois. Ils passèrent dans une pièce annexe, déposèrent tout leur équipement, puis Kensuke leur remit à chacun deux serviettes molletonnées.

– Vous deux, vous me suivez, toi Ash tu vas par là, dit-il en indiquant une porte non loin.

Elle pénétra donc seule dans une petite pièce où un casier attendait qu’elle y dépose ses vêtement. De l’autre côté, elle voyait à travers la vitre une grande étendue d’eau d’où s’échappait de longs filets de vapeur. Une source d’eau chaude.

Ash s’empressa de retirer la totalité de ses vêtements, se sentant beaucoup mieux sans ce poids, enfila la serviette autour de son corps et franchit la porte coulissante, impatiente de se débarrasser de la fatigue qui lui collait à la peau depuis plusieurs jours.

Dehors le froid était mordant, aussi n’attendit-elle pas plus longtemps pour entrer dans l’eau.

Elle poussa alors un profond et long soupir de plaisir tant la sensation était agréable. L’eau était très chaude, mais cela lui faisait le plus grand bien. C’était comme si son corps se rechargeait en énergie. Comme s’il avait perdu toute sa chaleur sans qu’elle ne s’en soit rendu compte et que soudain il pouvait enfin en ré-emmagasiner.

Sur sa gauche, un haut panneau de bois coupait la source en deux. Elle comprit rapidement que c’était pour dissocier les parties hommes/femmes. Justement les voix des autres s’élevèrent bientôt de l’autre côté.

– Elle est trop chaude ! se plaignit la voix de Kaïh. Je ne pourrai jamais rentrer dedans.

– Si elle dépasse une certaine température on risque l’évanouissement, fit remarqué Laruku. Ou pire encore, la stérilité.

– Vous n’avez pas bientôt fini tous les deux ?! grogna Kensuke. Allez hop !

S’en suivirent deux bruits d’éclaboussement indiquant qu’il venait de pousser les garçons dans l’eau.

– Non mais ça va pas ?

– AH AH AH AH ! ATTENTION J’ARRIVE !

Un nouveau bruit, encore plus retentissant parvint à Ash.

– Ça c’est la vraie vie ! s’exclama Kensuke. On n’est pas bien, là, les gars ?

– Mais… t’as enlevé ta serviette ?! hurla Kaïh. T’es à poil là ?

– Fais pas ton timide et enlève aussi la tienne.

– Non mais ça va pas ? Ne me touche pas ! AAAAAAAAAH ! Laruku aide moi !

Ash pouffait de rire en imaginant Kaïh essayant de fuir Kensuke pendant que l’Etrah les ignorait totalement.

– Je me joins à toi.

Surprise Ash se tourna vers Setsuna qui entrait dans la source.

– Tu m’excuseras mais je vais te tutoyer. J’ai un peu de mal à vouvoyer quelqu’un de plus jeune que moi, même quand c’est l’ancienne princesse d’un royaume tout entier.

– Ça me va très bien, la rassura Ash. J’en ferai autant.

– T’es le suivant l’Etrah, s’écria soudain Kensuke.

– Eh bien dis-donc, c’est animé de l’autre côté. Les garçons sont de vrais gamins parfois.

– Ça leur fait du bien je pense, répondit Ash. Ça détend l’atmosphère et c’est leur façon de faire connaissance. C’est autrement plus efficace que certaines conversations.

Setsuna ne répondit pas, le regard porté vers un arbre dépourvu de feuille dans le fond de la cour. Son silence laissa penser à la princesse que sa précédant phrase avait peut-être été mal comprise.

– Oh, je ne voulais pas insinuer que notre conversation était ennuyeuse ! s’emporta Ash gênée.

D’abord surprise par cette réaction, la jeune femme se mit à rire de la réaction de la princesse.

– Ne t’inquiète pas, je ne l’avais pas entendu de cette oreille. C’est juste que je ne t’imaginais pas aussi mature. Je dois avouer que j’avais une image de toi un peu moins…

– … dégourdie ? finit Ash à sa place. C’était peut-être vrai il y a encore quelque temps. Mais je n’ai pas eu d’autre choix que d’ouvrir les yeux. Et tant mieux car je me rends compte que je préfère cent fois me battre sur un champ de bataille plutôt que de rester enfermée dans un château à rêver d’une vie meilleure. Si me battre peu faire avancer les choses dans ce monde, si je peux lui apporter la paix, alors ça vaut largement mon petit confort personnel.

– C’est bien ce que je disais, dit Setsuna après un petit moment de silence, tu es bien mature pour ton âge.

À nouveau elles laissèrent le silence s’installer, régulièrement troublé par les cris de Kaïh et Laruku qui fuyaient Kensuke. Au-dessus de la source, les nuages continuaient à déverser sur eux de petits flocons qui fondaient juste avant de toucher le sol. Ash comprit que toute la région devait être volcanique et qu’à cause de cela le sol gardait toujours sa tiédeur.

– Toi aussi tu fais partie des Cinq Piliers ? demanda alors Ash après plusieurs minutes sans dire un mot.

– Kensuke t’en a déjà parlé ? C’est pas vrai, il me dit de me taire mais lui…

– À vrai dire, c’est un soldat d’Anghor qui l’a dit, avoua Ash. Pas Kensuke. Et je ne sais rien de particulier concernant votre organisation.

Elle préférait être honnête plutôt que d’obtenir des informations par la ruse. Non pas que ça la dérangerait en d’autres circonstances, mais là ces personnes leur avaient offert un toit et un peu réconfort. Ils ne devaient pas êtres mauvais. Il suffisait d’être patient et elle saurait.

– J’apprécie ton honnêteté. Oui, je suis membre des Cinq Piliers. Et j’espère que bientôt toi aussi tu en fera partie. Nous avons besoin de toi.

– Ce n’est pas moi qui avais besoin de vous ?

– Ça peux marcher dans les deux sens.

Setsuna esquissa un sourire, puis s’enfonça un peu plus dans l’eau chaude de la source. Sa généreuse poitrine quant à elle semblait presque flotter à la surface.

– Dis, tu ne trouves pas que c’est un peu trop silencieux là ? demanda t-elle après un moment.

Effectivement pas un bruit ne filtrait de l’autre côté de la haute planche de bois. Setsuna poussa alors un juron en entendant un murmure. Ash tendit elle aussi l’oreille.

– Plus haut, murmura la voix, j’y suis presque. Promis, je vous raconterai tout les gars.

Contre toute attente un craquement sourd retentit et l’instant d’après le panneau de bois s’effondrait emportant avec lui Laruku et Kaïh supportant sur leurs dos Kensuke. Ils s’étalèrent tous les trois à terre.

– C’était son idée ! s’exclama Kaïh. Il nous a menacés, je te jure Ash, je n’aurais jamais osé !

– Quoi ?! Mais elles portent encore leurs serviettes ! s’écria Kensuke déçu. Tout ça pour rien !

– Vous non, par contre, rétorqua Setsuna.

Immédiatement Kaïh et Laruku firent de leur mieux pour se cacher derrière Kensuke qui lui n’avait pas l’air gêné le moins du monde. Il semblait simplement contrarié que son plan n’ait pas marché. Ash put alors constater que le corps de l’homme était parcouru de multiples cicatrices, certaines étant de très larges bandes de chaire plus sombres.

– Je vais vous faire regretter ça ! pesta la jeune femme avec un sourire mauvais sur les lèvres qui contrastait avec son visage si doux.

Sa main droite s’entoura d’une aura argentée et elle traça un symbole du bout des doigts. Ash reconnu celui de l’électricité. Et effectivement une seconde plus tard une volée d’éclaires partit de sa main pour frapper les trois garçons de plein fouet. Leur hurlement de douleur sembla ravir Setsuna qui se mit à rire haut et fort alors que ses victimes gisaient à terre, à moitié conscient.

Les filles sortirent donc de l’eau et allèrent se changer.

– Ce n’est que partie remise ! leur hurla Kensuke en riant.

– T’es qu’un crétin ! grogna Kaïh à son intention.

– Je confirme, ajouta Laruku.

Cet article, publié dans Reliques de Gaëa, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Chapitre 20 :

  1. yumikuroshiro dit :

    Joli jeu de mot, je comprends bien maintenant après avoir lu le chapitre.
    Comme d’habitude, très bien écrit, l’ambiance est géniale, on a l’impression de s’amuser avec eux. Un moment dont on est complice encore une fois, j’ai bien ris !
    J’attends avec hâte la suite de cette aventure !

    • Kuroshiro dit :

      C’est exactement le but recherché très chère Yumi : un moment complice avec les héros. Ca m’a fait du bien de l’écrire à moi aussi ^^
      La suite est déjà tapée, il faut juste que ma correctrice remplaçante me le corrige et ça sera bon =)
      J’ai hate que vous découvriez la suite =3

  2. Hélène dit :

    Bonjour, je ne suis qu’au début. Tu n’aura donc pas d’avis sur ton texte.
    Seulement un petit « retour de coquille »:
    Ligne 19: « L’officier a parler des Cinq Piliers » -> parlé
    Ligne 30: « quel sorte de bâtiments vitaux » -> quelle
    Un conseil: attends que les personnages soient bien « en place » dans l’esprit du lecteur pour en faire entrer de nouveaux. Surtout avec les noms de out of no where que tu leur donne.
    Dans: « Perdre le lecteur dans un fouillis de personnages ou de situations »; il y a le mot « perdre ».
    J’espère que tu sais un peu où tu va.
    Je reviendrai lire la suite; gare à toi si tu nous « promène ».
    Cordialement.

    • Kuroshiro dit :

      Hello !
      Merci pour ces petites coquilles qui traine. Je sais qu’il y en a un peu partout mais pour le moment ce n’est pas ma priorité (mais je corrige si on me les signales xD)
      Cela fait pas mal de chapitre que Ash, Laruku et Kaïh voyage ensemble je ne pense pas noyé les gens. Par contre ce que tu dis sur leur nom est vrai, mais sache qu’il y a des référence Japonisante évidente. Donc ceux de ma génération (amateur de culture underground japonaise) ne sont pas perdu j’en suis sûr. Par contre pour les autre, effectivement, ça ne dois pas être simple. Je serais plus vigilent à l’avenir. Mais je ne peux décemment pas appeler mes personnages par des nom occidentaux puisque cela se passe dans un autre monde… pour les nom japonais… il y a une raison =)
      Bref, j’espère que tu n’a pas commencé avec le chapitre 20 ?! tu me dis que tu es au début mais me corrige des élément de ce chapitre ! Il y en a 19 autres avant xD

      • Hélène dit :

        Looool ! J’ai commencé là où mon navigateur m’a débarquée !
        19 chapitres !!!!!!!!! Alors, c’est normal que j’ai été un peu décoiffée…
        ….à l’atterrissage.
        Bon ben, alors, à +++ tard.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s