Chapitre 3 :

La forêt émeraude

Hisran était loin devant elle, en train de lui faire un signe de la main. Comme s’il lui disait au revoir, le plus naturellement du monde. Alors Ash se mettait à courir, aussi vite qu’elle le pouvait. Mais plus elle courait, plus son père lui paraissait loin. Elle se mit donc à pleurer tout en continuant à avancer vers lui. Les larmes roulaient sur son visage fouetté par le vent, qui devenait de plus en plus glacial. Elle pleurait tant qu’elle finit par être mouillée de la tête aux pieds et Hisran avait disparu derrière l’horizon. Mais elle n’arrivait pas à s’arrêter, essayant désespérément de rattraper son père. Puis quelqu’un jaillissait de nulle part, juste en face d’elle, la saisissant par les épaules pour la stopper. Lorsque Ash leva la tête vers cette personne, elle se rendit compte que c’était elle-même. Mais sa peau était noire, comme calcinée par le feu, et de petites veinures rouge sang tressaillaient sous sa peau. Ses yeux vides dégageaient une fumée épaisse aux relents de souffre. Elle essayait de se libérer, mais son double la serrait trop fort.

– Réveille-moi, soufflait-elle. Réveille-moi, Princesse !

Puis cette ombre d’elle-même se mettait à la secouer, encore et encore, dans tous les sens. Elle sentit bientôt venir le tournis, perdant ses repères. Sa vision se brouilla, ses jambes fléchirent et elle tomba dans un gouffre sans fond.

Lorsqu’elle se réveilla en sursaut, il lui fallut un petit moment pour retrouver ses esprits. Elle reconnut bientôt la petite cabine abritant la couchette sur laquelle elle s’était endormie. À l’extérieur, le martèlement de la pluie avait totalement recouvert le bruit des vagues. L’averse était si forte que des gouttelettes d’eau commençaient à filtrer à travers les planches de bois, trempant en partie ses vêtements. Ça, plus le roulis permanent du bateau expliquaient sans doute le rêve étrange qu’elle venait de faire. Pendant quelques minutes elle fixa ses mains, pliant et repliant ses doigts pour vérifier qu’elle ne rêvait pas. Non, elle était bien à bord d’une épave qui l’emmenait sur le continent, tout ça afin de fuir Zankior où le traître Anghor avait pris le pouvoir en assassinant sauvagement son père. C’était ça la réalité. De même, le nœud au fond de ses entrailles qui ne l’avait pas quittée depuis leur fuite quelques heures plus tôt était bien réel. Sa peur était telle qu’elle n’avait pas quitté son gantelet, toujours passé à sa main droite. En cas de danger, même si elle n’avait pas son Magun à portée de main, elle pourrait toujours projeter sa magie à la figure de son agresseur pour créer une diversion le temps de prendre la fuite.

– Nous allons bientôt débarquer, Princesse.

Kaïh avait passé la tête par la porte. Un large bandeau noir couvrait son œil gauche, meurtri par Anghor à peine quelques heures plus tôt. Ash esquissa un sourire forcé. Penser qu’elle avait toujours voulu voir le continent et qu’enfin elle allait réaliser ce rêve, mais dans des circonstances aussi graves, la déprimait considérablement.

– Comment va Telh ? s’enquit-elle.

– Pas très bien je crois. Elle pleure, sans prononcer un seul mot depuis des heures. J’aimerais l’aider, mais … mais je ne suis pas très doué pour ce genre de choses je crois, finit-il après un moment d’hésitation. Faut-il la consoler ou la laisser tranquille ?

Ash réfléchit un instant à la question. Elle se mit à la place de Telhia et en vint à la conclusion qu’un peu de calme ne serait pas déplacé. De toute façon elle n’aurait pas su quoi dire. Ils la laissèrent donc tranquille jusqu’à arriver sur la terre ferme.

À l’aube, ils débarquèrent dans un petit port isolé, totalement silencieux, où seul leur navire miteux était amarré au ponton. Le capitaine les salua après leur avoir indiqué la direction à suivre pour rejoindre Krithia, la ville la plus proche. Cela représentait tout de même une journée de marche. Ils se mirent donc en route sans tarder.

– Une fois là-bas je pourrai contacter un ami à moi qui était autrefois dans la garde royale, expliqua Kaïh comme pour briser le silence.

Il ouvrait la marche, à deux mètres d’Ash et Telhia.

– Il pourra sûrement nous aider, continua Kaïh. Aussi puissant qu’Anghor puisse être, si tout le royaume se soulève contre lui, il ne pourra rien faire. Vous pourrez vous abriter là-bas le temps que …

Sa voix s’éteignit tandis qu’il jetait un regard vers Telhia qui avait plaqué sa main sur sa bouche, retenant un sanglot. Mais elle continuait à avancer, essayant de faire comme si de rien n’était.

– Désolé, souffla finalement Kaïh. Pour l’instant on a surtout besoin de repos.

Plus un mot ne fut prononcé pendant un long moment. Même si le contexte ne s’y prêtait pas, Ash ne put s’empêcher de s’émerveiller du paysage tout au long du trajet. Elle n’avait connu que les bâtiments d’ivoire de la grande ville de Zankior, et voir ici une plaine verdoyante, si vaste que l’horizon en était courbé, la fascinait. Sur sa gauche, la chaîne de montagnes qui coupait le continent de Teronel en deux s’élevait jusqu’aux nuages blancs qui tâchaient le ciel illuminé par le soleil levant. La pluie de la veille avait laissé l’herbe humide et son parfum singulier leur chatouillait les narines.

Peu avant le zénith, ils firent une halte près d’un cours d’eau pour manger le peu de ration qu’ils avaient pu trouver au port. Telhia, un peu à l’écart, avait murmuré qu’elle n’avait pas faim.

– Comment faites-vous pour vous déplacer là-dedans ? demanda Ash en tapotant la lourde armure de Kaïh.

– Vous savez, Princesse, ce n’est pas aussi lourd que ça en a l’air. Mais une fois en ville j’opterai sans doute pour des vêtements plus communs.

– Je pense que vous pouvez m’appeler Ash au vu des circonstances. Après tout, je ne suis plus vraiment princesse.

Elle voulut sourire pour enlever de la lourdeur à ce qu’elle venait de dire, mais n’y parvint pas. L’image de son père, le visage figé dans un cri de stupeur, était encore beaucoup trop nette en elle.

– Princesse, jamais je…

– S’il vous plaît, insista-t-elle. Et tutoyons nous.

– D’accord. Mais ne m’en voulez… enfin, ne m’en veux pas si de temps en temps un « Princesse » m’échappe.

– Merci.

Le reste du voyage ne fut guère plus mouvementé. Tous gardaient le silence, ne sachant trop quoi dire. Kaïh ouvrait la marche afin de les orienter dans la bonne direction, Ash regardait tout autour d’elle, dévorant le paysage des yeux et Telhia restait en arrière, avançant la tête rivée vers ses pieds. À plusieurs reprises, Kaïh essaya de communiquer avec les deux autres, expliquant qu’il était déjà venu ici avec Hisran afin d’entamer des négociations avec les Etrahs, que cette ville avait été choisie à cause de la forêt luxuriante, véritable merveille de la nature qui la bordait, mais Ash se contentait de courtes réponses et Telhia ne semblait même pas écouter.

Ils arrivèrent à Krithia peu avant le coucher du soleil. La ville avait été construite juste à l’entrée de la forêt touffue que Kaïh avait mentionnée. Les toits des bâtiments étaient nettement moins hauts que ceux de Zankior et le dallage au sol était composé de simples briques usées par le temps. Les échoppes commençaient à fermer et les rues commençaient à se vider au moment où ils pénétrèrent dans la ville. Beaucoup de badauds les pointaient du doigt, sans doute intrigués par l’armure de Kaïh dont les gravures d’or luisaient sous les derniers rayons de soleil.

Celui-ci les mena jusqu’à la place centrale du village où une grande tour dominait le reste de la ville. Des meurtrières étaient disposées à chaque étage tout autour du bâtiment. Au sommet, quatre longs canons pointaient vers les quatre points cardinaux. Ce simple bâtiment donnait l’impression que la ville était totalement imprenable tant il était impressionnant.

Lorsqu’ils furent arrivés au bas des escaliers menant à l’entrée, Ash remarqua qu’un homme semblait les attendre entre deux gardes, les bras croisés, le visage inexpressif. À sa ceinture brillait un large fourreau rouge vif qui dénotait avec son uniforme aux tons sombres.

– Bonjour Lohan, mon vieil ami ! s’exclama Kaïh en le voyant, souriant.

L’homme aux bras croisés prit alors une profonde inspiration en les toisant. Il semblait plongé dans une profonde réflexion. Et le plus étrange était qu’il ne semblait pas surpris de revoir Kaïh. Après quelques secondes de flottement, Lohan s’avança et le prit dans ses bras.

– Je suis content de te revoir sain et sauf mon ami, lâcha-t-il d’une voix grave. Princesse, c’est un honneur, même en de pareilles circonstances, ajouta-t-il à l’intention d’Ash en inclinant la tête. Venez, suivez-moi.

Lohan les emmena à l’intérieur. Ils traversèrent un couloir dont les murs étaient revêtus de boucliers, d’épées et de haches de toutes les formes et de toutes les tailles possibles et imaginables. Puis il pénétrèrent dans une grande salle illuminée par un feu crépitant dans une cheminée au fond de la pièce et s’installèrent en face d’une grande table sur laquelle traînaient quelques cartes plus ou moins détaillées de la frontière qui séparait Teronel d’Ertiopa.

– Je suis au courant pour la mort du roi, dit Lohan sans introduction. Quelle terrible perte, que s’est-il donc passé ?

– C’est Anghor qui l’a assassiné, répondit Ash, quand bien même Lohan semblait s’adresser à son ami. Il nous a tous trahis pour s’emparer du pouvoir.

À nouveau Lohan sembla réfléchir pendant quelques temps, gardant le silence, un air absent dans les yeux.

– Mais comment ? demanda-t-il finalement.

Telhia laissa échapper un sanglot. De grosses larmes roulaient sur son visage de poupée et cette vision fendit le cœur d’Ash. Sans attendre, elle se précipita vers elle pour l’entourer de ses bras, mais Telhia eut un mouvement de recule.

– Laisse-moi, murmura-t-elle la voix brisée avant de s’éloigner en direction d’un des coins de la pièce, laissant Ash perplexe.

Pourquoi donc la rejetait-elle ainsi ?

– Il a mis la main sur un pouvoir hors du commun, répondit Kaïhe ignorant la réaction de Telhia. Nous avons essayé de l’arrêter mais aucune de nos attaques ne l’atteignait et il pouvait faire ce qu’il voulait de nous, comme si nous n’avions été que de vulgaires marionnettes. Même s’il maîtrise l’art des Séraphins à la perfection, une telle puissance est sans précédent. La magie n’a jamais permis de telles prouesses. Regarde.

Kaïh défit alors son bandeau et Ash vit pour la première fois la blessure qui lui avait été infligée. Elle pensait que c’était une entaille ou une brûlure, mais en réalité ce n’était rien de tout ça. Son iris n’était plus qu’une tache noire au centre de laquelle se trouvait une petite croix blanche aux bords arrondis.

– Qu’est-ce que c’est que ça ? demanda Lohan en fronçant les sourcils.

– Je n’en sais rien et étrangement ça ne me fait absolument plus mal. Mais en tout cas ça prouve bien qu’Anghor est devenu complètement fou.

– Ça prouve qu’il vous a attaqués en fait, rectifia Lohan en jetant un œil vers Telhia.

Kaïh approuva, un peu embarrassé d’avoir une fois de plus mis les pieds dans le plat. Il replaça son bandeau sur son œil en silence.

Dans l’âtre de la grande cheminée, le feu crépitait toujours, envoyant de temps en temps quelques gerbes dans l’air telles de petites lucioles oranges s’éteignant avant même d’avoir touché le sol. Un frisson parcourut Ash. Même s’ils étaient sensés être en sécurité, elle aurait tout donné pour être ailleurs du moment que c’était loin de ses soucis actuels. Le comportement de Lohan, le rejet de Telhia, la situation … rien ne semblait fait pour la réconforter.

Après un long moment de silence, Lohan prit la parole d’un ton grave.

– Tu n’aurais pas dû venir ici mon ami. Tu aurais dû poursuivre ta route sans t’arrêter.

– Pourquoi ça ?

– Parce que je ne vous crois pas.

Un sifflement fusa entre ses lèvres, et quelques secondes plus tard une demi-douzaine de gardes jaillirent dans la salle, braquant sur eux leurs longues hallebardes.

– Lohan, qu’est-ce que cela signifie ?!

– Vous êtes accusés de régicide et de ce fait serez mis à mort une fois rapatriés à Zankior, expliqua calmement Lohan, malgré les tentatives de Kaïh de lui couper la parole. Votre petite histoire était habilement trouvée, mais Anghor m’avait déjà averti ce matin par messager des vrais faits en avançant des témoignages irréfutables. Votre petit coup d’état à échoué et nous devons cela à Anghor.

– Mais enfin, réfléchissez donc cinq minutes, imbécile ! s’écria Ash hors d’elle.

En un éclair elle se retrouva avec une large épée au tranchant rougeoyant sous le menton. Elle sentit une vive chaleur se dégager de la lame, brûlant légèrement sa peau. Nul doute que Lohan maniait la magie via son arme.

– Un mot de plus et les quelques heures qui vous restent à vivre vous seront enlevées, ex-Princesse.

La rage d’Ash était sans commune mesure. Elle voulait prendre son Magun attaché à sa taille et le placer sur la tempe de Lohan, mais elle savait qu’elle mourrait avant même d’avoir atteint son arme. Tout ce qu’elle pouvait faire, c’était serrer les dents en pestant mentalement contre la stupidité du prétendu ami de Kaïh.

C’est alors qu’une vive lumière se dégagea d’un coin de la pièce, les forçant tous à se protéger les yeux. Les gardes lâchèrent leurs hallebarde dans un fracas métallique en poussant des gémissements. Même en ouvrant les yeux, impossible de voir quoi que ce soit, comme si ils étaient tous devenus subitement aveugles. Ash tâtonna inutilement devant elle quand une main la tira brutalement en arrière. Au même moment un souffle brûlant lui fouetta le visage. L’instant d’après elle recouvra la vue. En face d’elle, Lohan agitait son épée dans tous les sens, tout en se frottant les yeux.

– Ça ne durera pas longtemps, dit Telhia à coté d’elle. Vite, suis moi.

Elles se dirigèrent vers Kaïh et à peine Telhia l’eut-elle touché qu’il sembla recouvrer la vue à son tour. Ils foncèrent vers la sortie au moment où Lohan hurlait à ses hommes de les prendre en chasse. Kaïh frappa les deux gardes qui leur bloquèrent la sortie avec son long bouclier comme il aurait défoncé une porte, leur libérant le passage. Dehors, les ombres s’étaient étalées sur toute la place du village et le ciel rougi de l’horizon commençait à s’éteindre, annonçant la tombée de la nuit. Ils ne prirent cependant pas le temps d’admirer ce spectacle, de nouveaux gardes étant déjà sur leurs talons, et se dirigèrent au pas de course vers la sortie nord du village, là où l’immense forêt commençait.

Ils disparurent entre les troncs d’arbre si rapidement qu’aucun des soldats ne sembla se décider à continuer leur chasse.

Ash comprit vite pourquoi. Cette forêt était si dense qu’elle formait un véritable labyrinthe. Très vite leur visibilité fut quasi nulle mais ils continuèrent à avancer à tâtons, espérant mettre un maximum de distance entre eux et Krithia. Kaïh les dirigeait tantôt tout droit, tantôt à droite. Parfois il s’arrêtait quelques secondes et levait les yeux vers la ramure épaisse des arbres qui empêchait de distinguer le ciel, puis ils poursuivaient leur route, s’enfonçant de plus en plus profondément dans la forêt.

Ash se sentait observée. Son cœur ne cessait de tambouriner à ses tempes, encore en proie à la panique. L’adrénaline parcourait ses veines, effaçant la fatigue du voyage jusqu’à cette ville qui les forçait à fuir, une fois de plus. De temps à autre un remuement se faisait entendre dans un buisson et Kaïh faisait alors un détour sans quitter des yeux la source du bruit. Mais très vite les sons de la forêt se comptèrent par centaines. Les insectes, les animaux, le vent soufflant dans les feuillages, les branches craquant sous leurs pieds … impossible de localiser un unique son dans cette cacophonie.

Après des heures de marche, Kaïh s’arrêta finalement, essayant de tendre l’oreille. Ils se trouvaient dans un endroit où les arbres étaient un peu plus espacés, leur permettant de faire une halte.

– Je crois qu’on est assez loin, murmura-t-il. Et de toute manière ça m’étonnerait qu’ils s’aventurent dans la forêt.

Il entreprit alors de balayer le sol de toutes les feuilles mortes avec son pied.

– Pourquoi ne nous poursuivraient-ils pas ici ? demanda Ash pendant qu’il réunissait des branches en un petit tas.

Elle le percevait à peine alors qu’il n’était qu’à quelques pas.

– Cette forêt est très dangereuse et il est interdit de s’y aventurer. Peu après le passage des Séraphins sur Gaëa, le roi des Hommes, l’un de tes lointains ancêtres, décida que l’être humains ne devait pas dominer chaque parcelle de terre de Teronel et il a ordonné que certaines zones soient laissées telles quelles. Cette forêt fait partie des sites laissés à la nature. On l’appelle la « forêt émeraude ». C’est d’ailleurs en jouant sur cet aspect de nos coutumes que ton père voulait séduire les Etrahs en vue d’un éventuel traité de paix.

– Alors on n’a pas le droit d’être là ? demanda Telhia.

– Disons que c’est un cas de force majeure, répondit Kaïh, surpris de l’entendre enfin parler. Au fait, merci Telhia, sans toi je ne sais pas ce que nous aurions fait.

Kaïh avait fini d’installer des branches autour de plusieurs morceaux de ce qui semblait être de l’écorce sèche.

– L’une d’entre vous peut allumer ça ?

Telhia s’accroupit, posa sa main gauche sur son pendentif qui se mit à luire d’une lueur rouge, puis tendit la main vers l’amas de branches. Lorsqu’elle l’effleura du doigt, un feu vif se mit à dévorer le bois, illuminant les ténèbres alentour.

– Tu es géniale Telh, j’ado …

La fin de sa phrase se perdit dans sa gorge. Telhia avait tourné la tête si brusquement vers Ash qu’elle avait sursauté. Une fois de plus, la princesse eut peur que sa meilleure amie ne la repousse.

– Je suis désolée, murmura bientôt Telhia, les larmes aux yeux.

Pendant ce temps, Kaïh rajoutait des morceaux d’écorce au feu déjà bien nourri.

– Pourquoi ?

Mais Telhia ne répondit pas. Elle se contenta de s’accroupir près du feu, en le fixant de son regard embrumé par les larmes.

Ash jeta un regard interrogatif vers Kaïh qui haussa les épaules. Elle n’insista donc pas, incapable de trouver des réponses aux nombreuses questions qu’elle avait en tête et s’installa à son tour près du feu. Ce n’est qu’en rapprochant ses mains de la chaleur qu’elle se rendit compte qu’elles étaient glacées. Le soleil s’était couché depuis un moment, laissant place à la nuit froide et humide. De même, elle constata que la faim lui tordait l’estomac.

Lorsque les larmes de Telhia se mirent à rouler sur ses joues, Ash esquissa un mouvement vers elle, mais se ravisa vite lorsque son amie lui tourna le dos. Une fois de plus elle la rejetait. La forcer à parler ne servirait à rien.

– Le mieux c’est d’éviter au maximum les villes désormais, dit soudain Kaïh. Il doit déjà y avoir un avis de recherche sur nous. On va continuer dans cette forêt en se dirigeant vers le nord-est. D’ici trois ou quatre jours de marche on devrait atteindre les ruines de l’ancienne Zankior. On y trouvera sûrement un abri temporaire et de quoi se faire un petit stock de vivres.

– Et en attendant, comment on va survivre ? demanda Ash sur un ton agacé qui la surprit.

Kaïh la fixa un instant, lui aussi surpris par ce ton agressif. Ash murmura alors une excuse en détournant les yeux.

– Ce n’est rien, on est tous un peu tendus et affamés. Demain, avant de partir, j’irai faire un tour dans les environs nous chercher de quoi tenir d’ici là.

Il leur sourit à toutes les deux. Ash avait beaucoup de chance de l’avoir avec elle, tout comme Telhia. Au final, elle constata qu’il n’y avait qu’elle qui ne s’était pas rendu utile depuis leur fuite. C’était peut-être ça que Telhia lui reprochait ?

Épuisée, elle s’adossa contre un tronc d’arbre derrière elle et se laissa aller quelques minutes à fermer les yeux. Elle s’endormit si vite qu’elle ne s’en rendit même pas compte.

Cet article, publié dans Reliques de Gaëa, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Chapitre 3 :

  1. Mon blog dit :

    Hello! cette fois-ci je laisse un commentaire car je passe souvent sur ton blog et je le trouve très bien fait! je lance moi aussi un blog et j’aimerais qu’il soit aussi bien 🙂 a bientôt

  2. yumikuroshiro dit :

    Trop excellent … La suite !

  3. Lune Nguyen dit :

    Haha, je reprends la lecture, et toujours avec envie et plaisir ^^ Je ne saurai pas dire les défauts étant donné que j’ai été absorbé par l’histoire… Ca se termine si vite qu’on est frustré et qu’on en devient vite addictif ! C’est pas cool ça? 😀

    • Kuroshiro dit :

      Oh que si, c’est super. C’est même l’effet recherché xD Si le scénario comble un peu les défauts due à mon manque d’expérience, c’est une très bonne chose !
      J’espère que la suite te plaira également =)
      Bonne continuation de lecturation !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s