Chapitre 2 :

Le départ

– Quelle merveille, quel sublime spectacle, s’émerveilla Anghor. Dire qu’il est là, juste en face de moi et que bientôt Gaëa contemplera à nouveau sa puissance.

Ash et Telhia échangèrent un regard, toujours tapies derrière un monticule d’or. Si Anghor se rendait compte de l’absence de la page, ce serait catastrophique, mais apparemment son attention était accaparée par autre chose. Pour le moment …

– Cet imbécile n’a rien compris, pesta-t-il bientôt. Je pensais qu’il serait un peu plus raisonnable que son père, mais ils sont aussi désespérément laxistes l’un que l’autre. Laisser moisir ici un tel pouvoir, une telle puissance, est criminel ! Il n’y a que moi qui parvienne à percevoir ton vrai potentiel. Ce soir, quand je te libérerai, je tuerai Hisran et m’emparerai du trône.

Le cœur d’Ash sembla exploser dans sa poitrine. Pendant un instant elle se demanda si elle avait bien entendu, mais a l’air choqué de son amie, il n’y avait aucun doute possible.

– Les Hommes ont trop longtemps été considérés comme des faibles, continua-t-il, incapables de se défendre seuls. Mais ils vont tous regretter leur erreur. Ils se mettront à genoux devant notre puissance.

Après avoir lâché un nouveau rire aigu, il y eut une succession de frottements puis il se dirigea vers la sortie.

Lorsque la porte se referma derrière lui, elles restèrent un moment sans bouger, ni prononcer un mot. Telhia semblait profondément troublée. Des larmes perlaient sous ses yeux marrons. Son propre père n’était rien d’autre qu’un traître et elle n’en avait sans doute jamais eu idée.

– Il faut qu’on aille prévenir mon père, articula Ash. Viens.

Elle prit son amie par le bras, reposa la relique à sa place et franchit la porte que les gardes leur ouvrirent.

Sans attendre, elles filèrent vers la salle du trône, dévalant à travers le château sans faire attention à ce qui les entourait. Elles arrivèrent rapidement dans la grande salle où la lumière du jour s’engouffrait par de longues fenêtres montant jusqu’au plafond. Sur son trône d’or et de velours se trouvait Hisran en train de parler avec son bras droit … Anghor.

– Princesse ? Que faites-vous ici ? s’étonna celui-ci d’une voix nasillarde. Nous allions recevoir le porte parole des Sharps.

Ash ne se laissa pas impressionner.

– Papa, on revient tout juste de la salle interdite. Je sais que normalement je n’ai rien à y faire, mais écoute-moi ! s’écria-t-elle avant qu’il ait pu prononcer un mot. Quand on y était, Anghor a débarqué, alors on s’est caché et on l’a entendu dire qu’il voulait monter sur le trône ! Papa, il veut se débarrasser de toi ce soir !

Le silence parcourut la salle jusqu’à ce qu’Anghor éclate de rire.

– Princesse, vous avez un humour des plus singuliers, j’adore !

Le roi se joignit bientôt à ce fou rire. Seul Kaïh, un peu en retrait sur la droite, gardait une expression neutre.

– Papa, je ne plaisante pas ! s’exclama Ash. Dis-lui Telh !

Celle-ci acquiesça simplement d’un signe de tête, encore trop perturbée pour pouvoir parler.

– Mais enfin, qu’est-ce que vous racontez ? demanda Hisran après s’être calmé. Anghor est resté avec moi depuis que nous nous sommes quittés au déjeuner. Et jusqu’à preuve du contraire, il ne peut pas être à deux endroits à la fois.

– Suis-moi, ordonna-t-elle alors à son père, consciente qu’il lui fallait des preuves pour le convaincre.

– Mais enfin Ash, tu n’as …

– S’il te plait.

Il échangea un regard avec son bras droit.

– Allez-y Majesté, lui dit-il avec assurance. Si notre hôte arrive je m’occuperai de lui moi-même.

Il consentit donc à accompagner sa fille après avoir poussé un soupir.

Faisant le chemin inverse, elles l’emmenèrent juste en face de la salle interdite, où les gardes tenaient toujours leur poste. En voyant le roi, ils se raidirent immédiatement.

– Bonjour, votre Majesté.

– Dites-lui, s’écria Ash. Dites-lui qu’Anghor est bien entré dans cette salle il y a quelques minutes, juste après nous.

Ils échangèrent un regard confus, hésitants.

– Désolé Princesse, mais à part vous deux, personne n’est entré dans la salle interdite aujourd’hui.

Son cœur rata un battement.

– Tu vois bien ma chérie, vous avez dû vous tromper. Et de toute façon vous n’aviez rien à faire ici ! Maintenant cessez vos enfantillages, je suis trop occupé aujourd’hui pour jouer à ça avec vous. Si vous vous amusez de nouveau à accuser injustement ce pauvre Anghor qui est dévoué à notre famille depuis plus de soixante ans, vous passerez un sale quart d’heure. Ça je peux vous le garantir.

Son ton sec et autoritaire marquait la fin de la discussion. Ash voulut répliquer mais sa voix se perdit dans sa gorge. Elle savait d’ores et déjà qu’Anghor Tanos avait gagné et qu’elle avait momentanément perdu. Mais elle n’abandonnerait pas. Hors de question.

Durant tout le reste de l’après-midi, Ash discuta avec Telhia. Elles étaient toutes les deux au bord de la crise de nerf, mais se devaient de contenir leurs émotions pour trouver un moyen de sauver le roi. Telhia avait fini par retrouver la parole, mais demeurait profondément choquée. Elles déduisirent sans trop y croire qu’Anghor avait dû trouver un moyen de se dédoubler grâce à la magie. Même si c’était sans précédent et tout à fait inimaginable, il était assez doué pour faire des choses que nul n’avait faites avant lui. Après tout, il était le plus puissant magicien de Teronel. De même, il avait pu embrouiller les gardes ou simplement les soudoyer pour qu’ils oublient sa présence dans la salle cet après-midi là. Une chose était sûre : elles n’avaient pas rêvé. Et même si elle ne trouvait pas encore de réponses satisfaisantes au « comment ? », elle devait agir. Elles se rappelèrent également qu’Anghor avait parlé de se rendre dans la salle interdite avant de s’en aller tuer le roi. C’était donc là bas qu’il faudrait agir.

À la nuit tombée, elles se retrouvèrent non loin de l’escalier menant aux sous-sol du château. Ash avait pris avec elle son gantelet et son Magun et Telhia serrait contre elle le pendentif contenant la pierre translucide qui lui permettait d’utiliser sa magie.

Malheureusement, au moment où elles amorcèrent leur descente, Kaïh remontait les escaliers. Il leur barra franchement la route.

– Princesse ? Que faites-vous ici toutes les deux ?

Ash hésita. Kaïh lui avait toujours paru droit et honnête. Peut-être comprendrait-il. Peut-être même pouvait-elle le convaincre de faire comme s’il ne les avait pas vues. Elle lui raconta donc tout. Leur plan, leur motivation et le fait qu’elles préféreraient se tromper quant aux intentions d’Anghor. S’il s’avérait que tout ceci n’était qu’un malentendu, alors ils en riraient tous de bon cœur dans très peu de temps.

– … mais en attendant, je vous en prie, laissez-nous passer, conclut-elle bientôt.

Il soupira et garda le silence quelques secondes puis leva les yeux vers elles, apparemment résolu à une solution.

– Je vous accompagne, dit-il. Pour être honnête j’étais ici car je n’avais pas l’esprit tranquille depuis votre intervention dans la salle du trône. Allons-y, finit-il.

Kaïh ordonna aux gardes de les laisser entrer et de ne rien dire de leur présence à ceux qui se présenteraient. Ils obéirent à leur chef sans rechigner. Alors commença une longue attente.

À chaque minute qui passait, Ash se sentait de plus en plus tendue et, inversement, Telhia semblait s’apaiser.

– Telh, s’il s’avère que nous avions raison, que feras-tu ? demanda Ash pour briser le silence et se rassurer.

– Je ne sais pas.. Je n’ai jamais été très proche de lui, mais c’est quand même mon père alors … je … ne sais pas.

Kaïh leur fit signe de se taire et le silence se réinstalla, pesant. L’attente fut longue, les emmenant jusqu’au milieu de la nuit.

Lorsque la porte finit par s’ouvrir dans un grincement, Ash se sentit à la fois soulagée et terriblement angoissée. Elle serra contre sa poitrine son arme, priant pour qu’elle n’ait pas à s’en servir contre le père de sa meilleure amie.

– Ne faites rien pour le moment, leur murmura Kaïh.

C’est alors que la voix d’Anghor s’éleva, claire et forte.

– Moi, Anghor Tanos, je fais le serment de répandre votre gloire à travers le monde afin que tous vous craignent. Je restaurerai votre règne et vous rendrai immortel. Nul ne pourra jamais plus vous enfermer et nul n’ignorera votre grandeur comme aujourd’hui. Oui, j’en fais le serment. Alors donnez-moi votre force, sans réserve, et vos rêves deviendront réalité !

Un grondement sourd se fit alors entendre, provoquant de petits éboulements d’or sur les plus hautes montagnes de pièces, bientôt suivi d’un craquèlement. En tendant l’oreille, Ash comprit que le grondement était en fait une voix, plus grave que tout ce qu’elle avait jamais entendu, qui semblait répondre à Anghor. Mais elle était incompréhensible, parlant une langue inconnue.

Rapidement le rire suraigu d’Anghor lui succéda et un bruit de verre qui explose retentit, suivi d’un éclair de lumière aveuglant qui remplit la pièce entière.

– Stop ! hurla Kaïh en clignant des yeux pour recouvrer la vue tout en brandissant son bouclier vers le centre de la pièce. Anghor Tanos, vous êtes accusé de complot contre la couronne, veuillez vous rendre sans opposer de …

Sa voix s’éteignit soudain alors qu’Ash l’imitait. Anghor n’était pas là, il avait disparu.

– Où est-il donc passé ? s’écria Kaïh. Je n’ai pas rêvé, c’était bien sa voix qu’on a entendue ?

Aussi perplexe que lui, Ash les entraîna au centre de la pièce.

– La page est toujours là, constata Ash en ouvrant la boite posée sur le pupitre. Mais … attendez …

Des écritures y étaient à présent inscrites. Aussi claires que de l’or illuminé par une vive lumière. La genèse du livre y était bien transcrite.

– Regardez, la coupa Telhia, l’autel à été brisé !

En effet, derrière le pupitre, des morceaux de verre terni étaient éparpillés sur plusieurs mètres.

– J’ai un mauvais pressentiment, leur confia Kaïh. On ferait mieux d’aller avertir le roi au plus vite.

Il n’en fallait pas plus pour Ash. Elle prit tout de même soin de plier la page et de l’enfoncer dans l’une de ses poches, au cas où, avant de filer vers la chambre de son père accompagnée des deux autres.

Le spectacle qu’ils découvrirent en arrivant dans le couloir menant à ses appartements fut des plus équivoques. La grande porte de bois massif était ouverte, laissant apparaître la moitié supérieure d’un garde, étalée par terre dans une marre de sang poisseux. Ils s’approchèrent, abasourdis, pour découvrir que le sang s’écoulait toujours d’une large entaille le long de sa gorge.

– Cet imbécile s’est mis en tête de m’arrêter, lança alors une voix dédaigneuse dans la chambre.

Anghor était là, assis au pied du lit du roi, semblant tranquillement les attendre. Il tenait dans sa main un long bâton d’ébène au sommet duquel une griffe retenait une pierre d’un noir de jais aussi grosse qu’un poing. Derrière lui les draps blancs étaient maculés du sang du roi qui avait encore sur son visage l’expression de stupeur qui avait précédé sa mort. Ils étaient arrivés trop tard. Cette fois-ci ils avaient bien perdu.

Ash se figea sur place, anéantie par cette vision d’horreur. Son père, le roi de Teronel, n’était plus.

– Les gardes sont des imbéciles, conclut-il, et vous aussi. Je vous ai laissé une chance de vous enfuir, pourquoi ne pas l’avoir saisie ? Vous pensiez vraiment que je n’avais pas senti votre présence à tous les trois dans la salle ?

– Pourquoi ? demanda Kaïh qui faisait preuve d’un sang-froid hors du commun.

– Parce que l’idée que des témoins aillent raconter dans tout le royaume que le grand et puissant mage Anghor à pris le pouvoir de Zankior me semblait plaisante. Vous auriez conté ma puissance, ma grandeur, mes effroyables pouv…

– Vous êtes un monstre ! s’écria Ash les larmes aux yeux.

– On peut dire ça aussi, oui.

Il se redressa, un sourire malveillant sur les lèvres.

– Et en tant que tel je vais finalement vous tuer. Mais pas tout de suite. Avant ça, Princesse, je vais m’amuser un peu. Après tout, il serait dommage de ne pas profiter d’une jeune fille en pleine force de l’âge.

Un rire glacial s’échappa alors de sa bouche. Kaïh bondit en avant, la pointe de son long bouclier dirigé vers la gorge d’Anghor, mais il fut arrêté à quelques centimètres de son but. Son corps entier semblait comme figé dans la glace.

– Nul ne peut plus rien contre moi à présent. Les ténèbres m’ont accordé leur pouvoir. Je suis aussi puissant qu’un dieu désormais. Il n’y a rien que je ne puisse faire.

Il posa alors un doigt sur l’œil gauche de Kaïh en souriant.

– Comme par exemple ça.

Un cri atroce retentit alors. Immobilisé par la magie d’Anghor, Kaïh fut parcouru de tremblements. Son hurlement sembla durer une éternité, glaçant le sang des deux filles incapables de réagir. Puis il se tut, et son corps cessa de trembler. Il s’écrasa lourdement à terre et Telhia se précipita sur lui, des grosses larmes roulant sur ses joues.

– Papa ! Arrête ça, je t’en prie.

– Ma chère Telhia, dit doucement Anghor en s’approchant d’elle. Ma très chère petite fille … toi aussi tu vas mourir.

Dans un cri rauque, Kaïh ouvrit les yeux et propulsa à nouveau son bouclier vers le ventre d’Anghor au moment où il passait à sa portée. Mais une nouvelle fois son attaque fut arrêtée avant de porter.

– Vous commencez à m’ennuyer, souffla Anghor. J’ai encore beaucoup à faire, à commencer par nettoyer ce château. Je vais donc passer les préliminaires.

Il leva son bâton et immédiatement leurs corps furent transpercés d’une insupportable douleur. Ash avait l’impression qu’on la vidait de toute son énergie en l’aspirant hors d’elle avec des milliers d’aiguilles. Elle sentait son regard se brouiller et un bourdonnement emplir ses oreilles. Un filet de sang jaillit bientôt de son nez. Elle ne pouvait s’empêcher de crier, comme pour soulager la douleur insoutenable qui la parcourait. Elle criait si fort qu’elle n’entendait pas les deux autres faire de même. Elle n’entendit pas non plus Votrun faire irruption dans la pièce et se jeter sur Anghor en rugissant.

La douleur disparut bientôt, laissant place à un fourmillement désagréable compressant l’ensemble de ses membres.

– Fuyez ! leur hurla Votrun. FUYEZ !

Son cri fut comme un électrochoc pour Kaïh qui se redressa aussi vite que l’éclair, saisit le bras de Telhia et ordonna à la princesse de le suivre.

Au moment où ils tournaient au coin d’un couloir, le Sharp poussa un long cri de douleur qui se répercuta en écho dans tout le château. Ash voulut faire demi-tour pour lui porter secours, mais ses jambes ne lui obéissaient pas. La peur la forçait à fuir.

– Ma mère ! s’écria Telhia lorsqu’ils arrivèrent à la grande porte permettant de sortir du château. Il faut que j’aille la chercher.

Au moment où elle amorça un pas en arrière, le château tout entier trembla, parcouru d’éclairs noirs, et des centaines de cris de douleur s’élevèrent de partout en un horrible concert qui leur transperça le cœur. Les plaintes se turent, rapidement suivies d’un fou rire froid.

Sans un mot, Kaïh saisit Telhia par les épaules et ils s’enfuirent du château, s’enfonçant dans la nuit froide et silencieuse.

Cet article, publié dans Reliques de Gaëa, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour Chapitre 2 :

  1. Maxime dit :

    Vraiment excellent

  2. Khali dit :

    j’attends la suite avec impatience !!!!

  3. yumikuroshiro dit :

    Hey,

    C’est trop loooong deux semaines !

    J’ai hâte de lire la suite !

  4. Hello! les visuels sont sympas sur ton blog! ils viennent de toi ou tu les trouves sur le net?? au plaisir de te lire ++ Slevin

    • Kuroshiro dit :

      La carte est faite de ma main. Par contre, la bannière du cite viens de google image ^^ »
      Cela dit je cherche désespérément un gribouilleur amateur pour dessiner les personnages/armes/décors afin de donner de la profondeur, du background aux reliques. Donc si tu es intéressé ou si tu connais quelqu’un… =)
      Au plaisir de te revoir !
      HK

  5. Lune Nguyen dit :

    Waouh. Ca fait… vraiment bien écrit. J’ai presque réussi à ressentir la même douleur qu’eux! Bon à part, que sans faire exprès, quelqu’un m’avait spoiler pour la traitrise d’Anghor, la surprise était toujours là!:D
    Je crois que je n’ai rien à redire, si ce n’est que j’ai adoré ce chapitre, un tit peu plus vivant que le précédent faut dire, haha! 😛 Et j’espère que ça le sera toujours plus au fur et à mesure que j’avancerai dans l’histoire! ^^

    • Kuroshiro dit :

      Ravis que ça t’es plus ^^
      Il y aura d’autre chapitre aussi (voir plus) dynamique, mais il y en aura aussi d’autre plus posés, histoire de donner des détails sur le monde, les perso, l’histoire en générale.
      Bonne continuation en tout cas !!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s