Chapitre 25 :

 

Rencontre

Les deux lames entrèrent en collision dans un grand fracas métallique. Un nuage de fumée se leva bientôt balayé par une puissante déflagration. Ash fut projetée en arrière sentant une vive chaleur dévorer sa chair. Juste avant de toucher le sol elle effectua une pirouette, dérapa sur la terre sèche puis bondit en avant en effectuant un fractionnement.

Mais en face d’elle un véritable mur de poussière s’éleva. Elle s’arrêta, cherchant du regard son adversaire. Il allait sûrement en profiter pour l’attaquer, aussi se mit-elle rapidement en position de défense. Un fractionnement continu lui permit de s’entourer de son aura, réduisant ainsi l’impact qui n’allait pas tarder.

– Ton niveau est médiocre, lança une voix irritante. En même temps je ne m’attendais pas à grand chose d’une humaine de Gaëa !

L’impact écrasa Ash au sol. Elle avala une pleine poignée de poussière, bloquant sa respiration. Elle essaya de se redresser, toussant avec violence, mais une force la rabattit à terre.

L’homme avait posé son pied dans son dos, l’empêchant ainsi de se lever.

– Abandonne avant d’être totalement ridicule !

Ash ne connaissait Rei que depuis quelques minutes, mais elle le détestait déjà. Ce garçon à peine plus jeune qu’elle était dans la classe n°2 de prépa-Slayer, tout comme elle, et avait été désigné par la prof comme étant son adversaire. D’après cette dernière, un combat était le meilleur moyen de faire connaissance. Pour ce faire ils s’étaient tous rendus dans la serre de combat. Kaïh avait perdu face à une fille arborant deux longues couette blondes, Laruku lui l’avait emporté contre un garçon portant de petites taches de rousseurs et des lunettes rondes. Et lorsque l’adversaire d’Ash avait été désigné, ce dernier avait soupiré comme si cette corvée le répugnait. Déjà là il n’avait pas fait très bonne impression à la princesse, mais à peine le combat commencé, il lui avait collé son poing dans la figure avec une telle violence qu’Ash en avait été sonnée pendant quelques secondes.

Ce Rei ne plaisantait pas et elle le ressentait bien. Mais le pire était ses commentaires désagréables qui la rabaissaient sans cesse.

Énervée comme jamais, Ash emmagasina de plus en plus d’énergie, son aura fonçant à mesure que la puissance s’accumulait.

– Même à pleine puissance tu ne peux rien contre moi, idiote, fit remarquer Rei qui arborait une aura violette dégradée. Va crever !

Il souleva son pied pour l’abattre à nouveau dans le dos de la princesse, lui coupant une nouvelle fois la respiration. À bout de nerfs, Ash leva des yeux pleins de haine vers lui. Étrangement même son physique énervait Ash. Il affichait une coiffure asymétrique. Le tiers gauche de son crâne était totalement rasé, alors que des cheveux mi-longs du même violet sombre que son aura, recouvrait son œil droit de l’autre côté. Il leva bientôt devant son visage la large lame accrochée à son bras de sorte qu’elle le prolongeait. Il la toisa à travers la petite fente qui la traversait.

– Je ne sais pas ce qui me retient d’exterminer les inutiles comme toi. Toi, comme tous les autres, vous êtes si faibles ! C’en est désesp…

Ash bondit si vite et si fort qu’il perdit l’équilibre, tombant à terre alors qu’elle continuait son ascension.

La serre de combat était si grande, si vaste et son faux ciel si réaliste qu’on aurait dit l’extérieur. Ils se trouvaient pour l’instant dans la zone « plaine aride » mais bien d’autres existaient. Et quelque part dans une salle annexe, les autres élèves suivaient le combat sur des moniteurs. Ash se demandait si ce combat n’allait pas un peu trop loin ? Mais comme la prof ne semblait pas intervenir, elle n’avait pas d’autre choix que faire de son mieux pour vaincre Rei. Après tout, il ne semblait pas se retenir, pourquoi le ferait-elle, elle ?

Elle se concentra et serra encore plus le manche de Yamitsurugi dans sa main. Puis, en sentant son pouvoir comme attiré par son arme, elle se demanda ce qu’il se passerait si elle actionnait l’étrange longue tige de métal sortant de la garde de l’épée qui passait au-dessus de ses doigts toujours fermement agrippés au manche. Elle avait déjà pensé à actionner cette manette, sans jamais osé. C’était là l’occasion rêvée.

Elle n’eut pas le temps de se questionner plus longtemps car, alors qu’elle commençait à retomber vers le sol, Rei avait accumulé assez d’énergie pour se propulser vers elle, lame en avant, décidé à la mettre hors d’état de nuire.

Ash posa deux doigts sur le dessus de la baguette et la tira vers le manche. Elle sentit alors son énergie aspirée si vite qu’elle lança immédiatement un fractionnement pour ne pas que son aura tout entière ne disparaisse dans l’arme. Une vive lumière illumina la lame qui sembla s’élargir légèrement. Le poids de l’arme devint également plus conséquent. Lorsque la lumière s’atténua, Ash vit qu’un fourreau était apparu autour de la lame. Un fourreau fait d’une matière qui semblait être de l’argent, mais scintillant encore plus. Presque comme un miroir où aucun reflet n’était visible. Sauf à la base du fourreau, là où la garde de Yamitsurugi dépassait. Là se trouvait une partie dorée semblable à une bague entourant le fourreau sur laquelle venait se greffer une sorte d’ouverture pour qu’elle y glisse ses doigts. Elle s’empressa d’y passer sa main gauche, assurant ainsi la base du fourreau dans sa poigne tandis que le manche de l’épée était toujours au creux de sa main droite. Elle sentit alors sous son index une petite gâchette qui attendait d’être actionnée. Cette bague dorée sur le fourreau ressemblait en fait à la partie de son Magun permettant de tirer. Elle adopta presque instinctivement une nouvelle posture en portant ses mains, toujours fermement agrippées à son arme, contre sa hanche gauche. Ainsi elle se prépara à actionner la gâchette, dégainer et frapper son ennemi de plein fouet.

Il lui suffisait d’attendre le bon moment. Surtout ne pas dégainer trop tôt, ni trop tard. De toute façon son énergie était toujours rapidement aspirée par l’arme. Même avec son fractionnement, elle serait bientôt à court de magie. Le moment parfait allait bientôt arriver. Encore quelques mètres et il serait à sa merci…

– Prends ça ! hurla Ash en actionnant la gâchette.

Une puissance spectaculaire éjecta alors l’épée. Ash usa de toute sa force pour contrôler la trajectoire de la lame avec sa main qui tenait le fourreau d’argent.

Lorsque les deux armes se rencontrèrent, l’explosion fut si violente qu’Ash vola à travers la salle si vite qu’elle finit par rencontrer l’un des murs qui s’effrita sous le choc. Elle retomba à terre, crachant une petite flaque de sang sur le sol tandis qu’un bourdonnement désagréable lui vrillait les oreilles. Son bras droit était si douloureux qu’elle avait l’impression qu’on essayait de le lui arracher. Yamitsurugi disparut bientôt, suivie du fourreau d’or et d’argent. Elle tenta alors de se redresser, mais les forces lui manquaient et elle se laissa rouler sur le dos, à bout de souffle.

– Ash… elia, ça va ?

Kaïh l’aida à se redressa et elle sentit un peu de sang lui remonter dans la bouche. Elle cracha donc à terre avant de répondre.

– Ils sont pas bien dans cette école ou c’est moi ?

– C’est ma faute, s’écria une jeune femme en accourant.

C’était la prof. Lysa Aldebaran, sœur de Kensuke. Son tailleur blanc agrémenté d’une cravate de la même couleur lui donnait un air strict. De même que sa queue bien centrée derrière sa tête retenant ses cheveux auburn.

Une douzaine d’élèves s’amassèrent alors autours d’Ash en la félicitant.

– J’aurais dû vous arrêter, avoua Lysa en l’aidant à se remettre sur pieds. Mais c’était tellement intense, si palpitant… et je voulais vraiment connaître ta force, ajouta-t-elle plus bas. Rei était l’élève le plus fort de la classe jusque là, vois-tu. Je n’ai pas résisté à vous confronter tous les deux. Excuse-moi.

– Ce n’est rien, répondit Ash en voyant son air navré.

Le professeur Aldebaran devait avoir au plus vingt-cinq ans. Et encore, en la vieillissant un peu. Elle était très jeune et s’était présentée à eux comme étant une Slayer instructrice. Sa force était donc reconnue, mais elle avait préféré l’enseignement à une carrière purement militaire, contrairement à son frère.

Au loin Ash vit Rei qui se dirigeait vers la sortie non loin de leur petit groupe. Il semblait légèrement boiter.

– Personne ne va l’aider ? demanda t-elle surprise.

En effet la totalité du reste de la classe — qui comptait quinze élèves — était autour d’elle. Personne n’était allé voir comment Rei allait.

– Il n’est pas très apprécié, répondit la fille aux couettes qui avait affronté Kaïh. C’est pour ça que tout le monde est ravi que tu lui es rabattu son caquet.

La princesse observa Rei un instant, se rapprocher d’eux. A quelques mètres de la sortie, sa jambe droite sembla se dérober et il se retrouva un genou à terre.

Ash se défit alors de l’emprise de ceux qui l’aidaient à se maintenir debout et se dirigea vers le jeune homme. Arrivée à sa hauteur, elle lui tendit sa main pour l’aider à se relever.

– Ça va ? lui demanda t-elle. J’ai vraiment cru que tu allais me tuer, tu sais ?

Il la regarda un instant, comme pour la jauger. Après quoi il se redressa sans l’aide d’Ash, la dépassa et disparut par le sas de sortie sans rien dire.

La fille aux couettes rejoignit bientôt Ash.

– Ne te prends pas la tête, il est comme ça Rei. Tout ce qui l’intéresse c’est de crier partout qu’il est le plus fort. Tu viens de lui donner tort et ça il ne peut pas le supporter.

– Il n’a pas d’amis dans la classe ?

– On a essayé, crois-moi. Mais il nous a chaque fois ri au nez. Et je sais de quoi, je parle j’étais dans sa classe avant d’être en prépa-Slayer. Il a toujours été comme ça. C’est pour ça que je te dis de ne pas te prendre la tête.

Ash acquiesça, pensive.

– Au fait, moi c’est Minami ! Enchantée de faire ta connaissance !

– Elle est très sympa, ajouta Kaïh qui les avait rejoint. Même si elle cogne fort.

– Et pourtant je me suis retenue.

– Me dis pas ça, souffla Kaïh déprimé.

Après ça Ash fit un rapide tour par l’infirmerie, accompagnée par Minami. Elles discutèrent un long moment et découvrirent qu’elles étaient voisines de dortoirs. Plus tard ils firent plus ample connaissance avec le reste de la classe, excepté Rei qui était absent. Ils racontèrent leur histoire en modifiant certains passages. Ash déclara être originaire de Krithia, la ville où ils s’étaient réfugiés en quittant Zankior. Elle y avait rencontré Kaïh qui fuyait la capitale asservie par Motoko. Ensemble ils avaient fui vers Ares où Laruku les avaient rejoints. Et enfin leur route avait croisé celle de Kensuke et Setsuna qui les avaient amenés à l’Hybris. Aucun d’eux ne fit mention du titre de princesse déchue d’Ash, ni des esprit élémentaires.

À la fin de ce « cours découverte », Minami proposa aux trois autres d’aller prendre un verre à la cafétéria histoire de mieux faire connaissance.

Ils se retrouvèrent donc à une table, sirotant tranquillement diverses boissons en discutant de tout et de rien.

– Je ne suis jamais descendue sur Gaëa, avoua Minami. C’est d’ailleurs assez frustrant quand on y pense puisqu’à part l’Hybris on ne connait rien.

– Tu n’as jamais vu ta planète d’origine ? demanda Kaïh.

– Si, en image. Le réseau informatique de l’Hybris regorge d’informations, y compris sur la Terre. Mais sans l’Auria que nous a dérobée Motoko il est impossible pour nous d’y retourner.

– Mais si vous y retournez, vous ne savez pas ce qui vous y attend, si ? Car si l’arrivée de l’Hybris sur Gaëa date d’il y a mille ans, à votre retour tout aura changé.

– Anghor nous a expliqué ça un jour, répondit Minami. En fait le moment où nous sommes partis est notre point d’ancrage dans l’espace-temps. C’est un peu compliqué comme il l’avait expliqué alors je n’ai pas tout compris. Mais lorsque nous retournerons sur Terre, nous suivrons le même chemin qu’en partant et donc arriverons au même moment que notre départ. Un peu comme un bateau qui suivrait la chaîne de son ancre pour retourner à son point d’ancrage.

– Je vois, dit Laruku qui était resté bien silencieux jusque-là.

– Pas moi, ajouta Kaïh. Mais bon l’important c’est que vous ayez la possibilité de rentrer chez vous un jour.

– Oh, tu sais, ce qu’on n’a pas connu ne peut pas nous manquer, fit remarqué Minami. Je ne me sens pas plus originaire de la Terre que de Gaëa. J’ai plus l’impression d’être entre les deux. Ce que j’attends vraiment c’est notre première mission. J’ai hâte de descendre et de me rendre utile.

Cette remarque rappela à Ash sa discutions avec Telhia, la veille. Elle n’en avait parlé à personne, pas même à Anghor. Pourtant, sa sœur lui avait donné d’importantes informations concernant Motoko et Aostaris. Plus elle y pensait et plus il lui semblait vital d’aller prévenir le directeur de l’Hybris. Mais elle ne pouvait lui en parler sans évoquer le choix devant lequel Telhia l’avait mise. Choisir entre Anghor et Motoko.

– Dis donc toi, tu ne parle pas beaucoup j’ai l’impression, lança alors leur nouvelle amie à l’attention de Laruku.

– Qu’est-ce que tu veux que je te dise ?

– Je ne sais pas, mais détends toi un peu. T’as l’air tout contracté.

– Tu as raison.

Minami regarda alors Ash en quête d’un soutien. Il était vrai que depuis leur arrivée Laruku s’était fait des plus discret. Il ne semblait pas du tout à son aise. Et Ash croyait savoir pourquoi.

– Il n’y a pas d’autre Etrah ici ? demanda t-elle.

– Si, quelques-uns. Peut-être une centaine dans tout l’Hybris. Mais il est rare qu’ils suivent le cursus scolaire et encore moins le cursus militaire. La majorité vit dans les quartiers résidentiels, cette grande muraille en arc de cercle qui entoure les autres bâtiments.

– Ce n’est pas ça, fit remarqué Laruku comme s’il avait lu dans les pensées d’Ash. Je me fiche qu’il y ait ou non d’autres Etrahs ici. Le problème ce n’est pas ça.

– Alors c’est quoi ? demanda Ash d’un ton accusateur qu’elle ne voulut pas du tout.

– Je t’ai suivi pour une raison bien précise, répondit-il. Et maintenant tout a changé. Les enjeux ne sont plus du tout les mêmes et je ne me sens absolument pas à ma place ici.

– Tu veux retourner sur Gaëa ? osa Kaïh troublé par la réaction de son ami.

– Et où j’irais ? Rejoindre le peuple que j’ai trahi ? Je n’ai plus de chez moi.

– Tout comme moi, répondit froidement Ash.

– Ce n’est pas la même chose et tu le sais. Tu as choisi de rester ici, de devenir une Slayer et de te battre pour Anghor. Ce n’est pas mon cas. Et au-delà de tout ça, je n’ai plus envie de…

– STOP, ordonna Kaïh sur un ton autoritaire. Je crois que je comprends ton malaise et crois-moi si je te dis que j’aimerais que tu ne le ressentes plus. Je te considère comme un ami et j’ai vraiment envie que tu restes avec nous, mais pas si ça te pèse autant. Tout ça est aussi nouveau pour moi et je me sens tout aussi paumé. Accordons-nous encore quelques jours et si vraiment tu ressens toujours la même chose on en reparlera, ok ?

Un blanc suivit. Minami affichait un air totalement perdu, passant d’une tête à l’autre en essayant de comprendre ce qu’il venait de se passer.

– D’accord, excusez-moi, répondit finalement Laruku. Je crois que… que j’ai juste besoin de temps, comme tu l’as dit.

– On fera tout pour que tu te sentes à l’aise, osa Minami.

– Merci.

À nouveau un court blanc suivit, mais très vite Kaïh le brisa, détendant l’atmosphère.

– Les Séraphines ont l’air plus gâtées par la nature que les Humaines d’après ce que j’ai vu.

Cette remarque étonna Ash plus qu’elle ne la choqua. D’autant plus que Kaïh semblait fixer la poitrine somme toute assez généreuse de Minami. Cette dernière rougit comme une pivoine et très vite abattit son poing dans la figure du jeune homme.

– Kensuke a déteint sur toi, fit remarqué Ash amusée.

– J’ai dis la première chose qui me passait par la tête, avoua t-il en se frottant la joue l’air triste. Ça fait mal.

– Pas étonnant, fit remarquer Laruku. Kensuke a passé tout le voyage à nous raconter des histoires grivoises.

– Kensuke Aldebaran ? demanda alors Minami avec des étoiles dans les yeux. Ce mec est une légende ! Il paraît qu’il est devenu Slayer à quatorze ans à peine et qu’il aurait affronté le directeur lui-même dans un combat singulier.

– Ce pervers ?

À nouveau Minami abattit son poing sur la joue de Kaïh.

– Je ne te permets pas ! Kensuke est le seul Slayer au monde à posséder deux aurichalques en lui !

– Quoi ? demanda surpris Kaïh. De quoi tu parles ?

– Vous ne le savez pas ? s’étonna Minami. Lorsqu’un aspirant passe finalement Slayer, il se voit remettre une pierre d’aura. Celle-ci agissant comme un catalyseur amplifiant ses pouvoirs en fluidifiant les fractionnements. Mais elle permet également de matérialiser son aura sous la forme d’une arme unique propre à chaque Slayer. Je pensais que tu savais ça Ashelia puisque tu possèdes Yamitsurugi.

– Une pierre d’aura, répéta Ash pensive. C’était donc ça qui m’a foncé dessus lorsqu’on était près de Silbara. Mais d’où provenait-elle ?

– Elles sont extrêmement rares et surtout sont façonnées aux sein de l’école à partir de pierre brute, expliqua Minami. Il est impossible d’en trouver à l’état naturel.

– Il me semble que ce jour là la pierre est comme tombée du ciel non ? fit remarqué Laruku. Et si elle provenait simplement de l’Hybris ? Elle a été attirée par ton pouvoir.

– Je n’ai jamais entendu parler de pierre attirée par l’aura. À la base toute les pierres sont transparentes. Une fois entrée en contact avec le futur porteur elle prend la couleur de l’aura de son hôte et de ce fait devient inutilisable par toute autre personne.

– Ou alors c’est quelqu’un qui te l’a envoyée pour t’aider ? ajouta simplement Kaïh.

Ils y réfléchirent tous en silence. Ce jour-là quelqu’un l’avait aidée, mais qui ? Anghor le lui aurait signalé à un moment ou à un autre. Elle lui demanderait un peu plus tard, lorsqu’elle se rendrait à son bureau pour l’avertir de sa rencontre avec Telhia. À part un membre de l’Hybris, elle ne voyait pas bien qui avait bien put l’aider sans se signaler ensuite. Qui donc aurait intérêt à rester discret ?

– Bon, ce soir j’organise une petite fête pour votre arrivée, lança soudain Minami. On ne va pas louper une telle occasion et ce sera parfait pour finir de faire connaissance avec tout le monde.

– T’es un peu trop enthousiaste comme fille j’ai l’impression, remarqua Kaïh à haute voix.

– Certains trouvent ça très séduisant ! répliqua la concernée. Pas toi ?

Elle s’avança légèrement vers le visage de Kaïh, les yeux brillants, plaçant bien sous les yeux du jeune homme ses courbes généreuses.

– Kh… si… absolument, bégaya t-il en déglutissant bruyamment.

– Pervers.

– Mais nooooon !!

Ash éclata de rire, bientôt imitée par Minami. Kaïh, lui, essayait de se justifier autant que possible mais personne ne l’écoutait.

Et alors que tous riaient, Laruku quitta la table sans un mot.

Cet article, publié dans Reliques de Gaëa, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Chapitre 25 :

  1. yumikuroshiro dit :

    Chapitre génial, comment dire ? La nouvelle forme de Yamitsurugi a l’air trop classe, tu devrais nous la présenter un jour ! (Tablette graphique? )
    Pourquoi Laruku est si distant ? Que s’est il passé pour qu’il réagisse comme ça? Ou que se passera-t-il?
    C’est luiiiii ! Non ? Je m’auto questionne, gomen ><
    Kensuke il me fait penser un peu à Jiraya (ouais, j'avais aussi ma phase Naruto quand cetait encore bien…) gros pervers mais trop fort quand il s'y met !
    Comme tu le sais, je conclue toujours par ça :
    Pour quand la suiiiiite ??

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s